Numéro spécial de Kürt Tarihi « Relations soviéto-kurdes » (No. 41, juillet-septembre 2020)

Coordonné par Adnan Çelik (postdoctorant au sein de l’ANR RUSKURD) et Etienne Peyrat (maître de conférences en histoire à Sciences Po Lille), ce numéro spécial de la revue Kürt Tarihi explore l’histoire des relations soviéto-kurdes, grâce à des contributions initialement présentées lors d’un atelier organisé à l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA, Istanbul). 

Les articles présentés abordent l’enjeu des relations soviéto-kurdes dans une perspective large, qui ne se limite pas à des relations « bilatérales ». Ils intègrent pleinement le rôle des mobilisations de gauche – communistes ou non – ainsi que l’enjeu des circulations à travers l’Europe occidentale et communiste pendant la guerre froide. Les principaux thèmes abordés sont les suivants : 

  • L’histoire du mouvement nationaliste kurde en Syrie et au Liban entre 1927 et 1946, en examinant sa relation à l’URSS et au communisme (Jordi Tejel). 
  • La correspondance entre Kamûran Bedirxan et l’orientaliste russe Basile Nikitine (Barbara Henning). 
  • Le rôle de la propagande radiodiffusée dans les premières décennies de la guerre froide (Nicholas Glastonbury). 
  • Les mouvements de jeunesse kurdes en Europe dans les années 1950-1970 et leur participation aux courants de gauche (Omar Sheikhmous). 
  • La Société Internationale Kurdistan (ISK), établie par Silvio van Roy et active dans le soutien aux mobilisations kurdes (Adnan Çelik). 
  • Le rôle des pays communistes d’Europe centrale dans l’accueil d’un activisme kurde en exil et dans les relations avec les pays du Moyen-Orient (Etienne Peyrat).  

Publication d’une « Histoire du Caucase au XXe siècle »

Des premières années du xxe  siècle à la chute de l’Union soviétique, ce livre explore les enjeux politiques, militaires, mais aussi économiques, culturels et migratoires qui ont profondément transformé ces territoires des confins. Ce faisant, il interroge la nature des frontières et de leur évolution dans le monde contemporain.
 
L’histoire du Caucase contemporain, ancienne région de contact entre les empires, est un parcours au fil d’un siècle de relations entre Russie, Turquie et Iran. Des premières années du xxe  siècle aux conséquences de la chute de l’Union soviétique, ces territoires de confins furent l’objet d’enjeux politiques et militaires, mais aussi économiques, culturels et migratoires exacerbés par cet ancrage géographique à la croisée des influences.

Comment la densité d’un espace frontalier turbulent se retrouve-t-elle au cœur de politiques qui visent à l’homogénéiser et à l’intégrer dans des espaces de plus en plus nationaux  ? Comment passe-t-on d’une frontière ouverte, vécue de manière fluide par les populations, à ce lieu de confrontation, politique ou idéologique  ?

Tandis que la question de la circulation des hommes a pris ces dernières années un caractère dramatique, Étienne Peyrat livre les clés pour comprendre la nature même des frontières et de leur évolution dans le monde contemporain, entre jeu des puissances et vie des sociétés.
 
Lire un extrait ici

Archives Silvio van Rooy et International Society Kurdistan (ISK) à l’International Institute of Social History (Amsterdam)

Présentation par Adnan Çelik du fonds d’archive de Silvio van Rooy et de l’International Society Kurdistan (ISK), conservée à l’International Institute of Social History d’Amsterdam

Silvio Eugenius van Rooy, né à Rotterdam en 1924, fut l’initiateur et le premier président de la Société internationale du Kurdistan (International Society of Kurdistan, ISK). Ses archives personnelles, conservées à Amsterdam à l’Institut international d’histoire sociale, rendent compte de sa trajectoire aussi bien que de l’histoire et du réseau de l’ISK, dont il fut le fondateur et principal animateur. 

Van Rooy était un journaliste indépendant et publiciste professionnel. Il écrivait, parfois sous le pseudonyme de Hans Weerd, dans des journaux et magazines à la fois néerlandais et étrangers, avec pour thèmes de prédilection les questions religieuses et minoritaires, principalement en Europe de l’Est, en Union soviétique et en Chine. 

C’est à la suite d’une conférence de presse de Kamuran Bedir-Khan sur la situation des Kurdes, à laquelle il assiste en 1959 à Amsterdam, que S. van Rooy décide de fonder une association de solidarité avec les Kurdes. Celle-ci est créée le 1er juillet 1960 avec pour objet de « rassembler et mettre à disposition des faits à propos des Kurdes et du Kurdistan ; aider la nation kurde dans sa lutte pour l’émancipation démocratique ; aider à établir des relations amicales entre les Kurdes, leurs voisins et toutes les autres nations du monde ». Cette association, rebaptisée ISK, acquiert le statut de fondation en 1965. 

Très active durant les années 1960, elle crée et entretient des relations étroites avec des personnes et organisations liées à l’activisme kurde et à la kurdologie, notamment la Kurdish Students’ Society in Europe (KSSE). Le bulletin d’information Kurdish Facts, édité par Silvio van Rooy de l’année de fondation de l’ISK à 1970, est dans les années 1960 une source d’information importante sur le Kurdistan, les Kurdes, et l’ensemble des problèmes internationaux qui s’y rapportent.

Les archives Silvio van Rooy et les Kurdes

Les archives Silvio van Rooy contiennent une centaine de cartons : une riche collection de correspondances personnelles et institutionnelles, des documents et manuscrits de nature diverse appartenant à l’ISK ou à van Rooy , l’intégralité du périodique Kurdish Facts (publié de 1960 à 1970) ainsi que des exemplaires d’autres publications concernant Kurdes.

Ces sources permettent d’explorer les traces d’un réseau dense reliant Europe de l’Est, Europe de l’Ouest, URSS et Kurdistan d’Irak, et ainsi de combler une partie des grandes lacunes historiographiques relatives à l’activisme kurde et aux réseaux existant entre kurdologues dans les années 1960, en Europe et au-delà. 

En tant que président de la fondation, Silvio van Rooy a rédigé et reçu la quasi-totalité de la correspondance de l’ISK dans les années 1960. Documents à caractère personnel et documents de l’ISK se confondant aisément, le contenu de l’archive est ici restitué sans distinction. 

  • Statuts et documents administratifs de l’ISK. Notes, comptes-rendus, bilans sur l’organisation et les activités de l’ISK ; registres de membres, fichiers d’adresses, documents financiers etc. 
  • Correspondance de l’ISK et de Silvio van Rooy. Correspondances avec des journaux, des institutions scientifiques, des kurdologues (Kamuran Bedir-Khan, Thomas Bois, Tawfiq Wahby, Cecil J. Edmonds, Qanate Kurdo, Celile Celil etc…) 
  • Publications de l’ISK. Kurdish Facts (copies de chaque numéro), Kurdish Facts- Confidential (un bulletin d’information confidentiel réservé aux membres de l’ISK, Kurdish Bibliography, de Silvio van Rooy et Kees Tamboer, 1968.
  • Manuscrits. Manuscrits de Silvio van Rooy sur les Kurdes et le Kurdistan. Manuscrits d’autres auteurs : Kurdish Texte im Kurmandjî Dialect, par Hugo Makas, 1926 ;  Elements of Kurdish, par Alan Ward, 1968 ;  Manuscrits sur les développements au Kurdistan, par A.G. Spohr (avec des extraits d’une conversation avec Mustafa Barzani), 1967-1970.
  • Notes en vue de publications futures. Données bibliographiques collectées dans le but de réaliser une bibliographie kurde ; textes divers sur les Kurdes et le Kurdistan, notes biographiques et bibliographiques recueillies dans le but de compiler une encyclopédie kurde ; photos ; notices bibliographiques sur les Kurdes, le Kurdistan, les tribus kurdes ; fiches techniques contenant des données sur l’actualité kurde et le Kurdistan (1950-1952) ; ), nouvelles des avancées et textes réunis en vue de la publication du Kurdistan Yearbook prévue pour 1966.

Autres journaux conservés. Copies du journal kurde Hawar (1932-1933) ; copies de journaux arabes sur les Kurdes et le Kurdistan (1960-1977).

Un exemple de document : correspondance entre Silvio van Rooy et Qanatê Kurdo (Kurdoev), 1960-1961

Nous avons choisi de présenter ici un document tiré de cette archive. Il s’agit d’une lettre de Qanatê Kurdo (en russe Kanat Kurdoev, 1909-1985), professeur de kurde à l’Académie des Sciences de Leningrad, adressée à l’ISK le 27 mai 1961. 

Elle fait suite à la série de lettres que van Rooy adresse, depuis l’automne 1960, à des kurdologues du monde entier, notamment d’URSS. Ce document illustre les débuts de la constitution d’un vaste réseau de liens personnels et institutionnels de solidarité et de recherche sur les thèmes touchant aux Kurdes et aux Kurdistan, entre Europe de l’Ouest et Union soviétique.

Cette correspondance mérite d’être lue en gardant à l’esprit qu’elle constitue un échange entre un anticommuniste notoire (van Rooy) et un membre actif du Parti communiste soviétique, Qanatê Kurdo. Né à Kars au début du XXe siècle, dans une famille contrainte à la déportation par le gouvernement turc à la fin de la Première Guerre mondiale, au même titre que tous les membres des communautés yézidie et arménienne, Kurdo arrive avec sa famille à Tiflis (Tbilissi) en 1921.

Kurdo étudie la langue kurde en URSS et devient un kurdologue éminent, avant de prendre la tête de la section de langue kurde à l’Institut des langues orientales (Académie des Sciences) de Leningrad en 1961. Kurdo fait partie de cette génération appelée en kurde nifşa sêwiyan (génération d’orphelins) parce qu’une majorité d’entre eux a perdu ses parents durant l’exode. Plusieurs membres de cette génération ont pu étudier en kurde et en russe, et ont acquis pour beaucoup une certaine notoriété à partir des années 1940, comme Erebê Şemo, Heciyê Cindî, Casimê Celîl, Qanatê Kurdo.

Au moment où ces lettres sont échangées, le régime soviétique, hostile au nouveau pouvoir en Irak, encourage la contestation kurde naissante contre le régime irakien. Des contacts entre Kurdes d’Europe de l’Ouest et kurdes d’URSS commencent également à s’affirmer et à croître. 

Dans sa lettre, Kurdo exprime sa satisfaction et sa reconnaissance pour l’initiative représentée par la fondation en Europe occidentale de l’International Society of Kurdistan et sa publication Kurdish Facts, « événement extrêmement précieux et important dans la lutte pour l’indépendance de la nation kurde » dans une époque « marquée par l’effondrement de l’impérialisme et du colonialisme et par la consolidation de toutes les forces progressistes des peuples d’Orient » parmi lesquels compte le peuple kurde, « bastion fiable de la force progressiste dans la lutte contre le colonialisme, le féodalisme et […] dans la lutte pour une véritable démocratie. »

Kurdo prend soin de distinguer l’amitié pour la nation kurde de van Roy et de ses camarades de celle, hypocrite et intéressée, des puissances occidentales – Français et Britanniques notamment. Il rappelle que la nation kurde « a toujours souhaité et souhaite encore de bonnes et amicales relations avec tous les peuples, en particulier avec les nations turques, persanes et arabes », mais que cette volonté est malheureusement compromise car « les cercles dirigeants de ces États sont aveuglés par le chauvinisme [et] créent toutes sortes de barrières sur le chemin de l’unité fraternelle entre les Kurdes et les nations de leurs États. »

À noter que cette lettre de Qanatê Kurdo sera saluée avec enthousiasme et publiée par van Rooy dans le septième numéro de Kurdish Facts.  De fait, elle marque le commencement de liens et d’échanges durables entre l’ISK et les kurdologues d’URSS. 

« C’est avec un immense plaisir que nous publions ci-dessous une lettre du Prof. Dr. Oanate Kurdo de Leningrad, un patriote et philologue kurde exceptionnel, déjà bien connu de nos lecteurs. Ce qui frappe le plus, c’est la façon dont il exprime avec talent les sentiments et les croyances qui ont donné naissance à l’ISK il y a maintenant un an. Depuis lors, l’ISK a progressivement cessé d’être une affaire seulement « Ouest-européenne » ; elle a maintenant des adeptes dans toutes les zones du monde. La coexistence pacifique entre personnes de différentes écoles de pensée est une étape que l’ISK peut déjà laisser derrière elle, désormais remplacée par la coopération active au nom du Kurdistan divisé, opprimé et sous-développé. » (Le rédacteur en chef) (Kurdish Facts, June 1961, n° 7)

Ce premier échange de lettres entre Silvio van Rooy (au nom de l’ISK) et Qanaté Kurdo inaugure une le début correspondance intense durant toute la décennie 1960 entre l’ISK et plusieurs kurdologues d’URSS et des pays d’Europe de l’Est (Pologne, Tchécoslovaquie, Bulgarie, Yougoslavie). Les travaux de l’ISK (surtout conduits par van Rooy) tels que la publication d’une bibliographie kurde (Kurdish Bibliography, un travail de plus de cinq ans publiés en deux volumes par Silvio van Rooy et Kees Tamboer en 1968), de même que les projets inachevés comme Kurdistan Yearbook et l’Encyclopédie du Kurdistan, ont été à la base de la création d’un vaste réseau entre les kurdologues d’URSS, d’Europe de l’Ouest, d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient. Cette collaboration, la renommée de l’ISK parmi les kurdologues des différents pays et les groupes kurdes d’Europe, ainsi que la période d’intense activité de l’ISK commencent à prendre fin au milieu des années 1970. La richesse des échanges et des travaux réalisés dans le cadre des échanges initiés dès 1960 par l’ISK demeurent une source extrêmement précieuse qui permettra d’éclairer de larges pans méconnus de l’historiographie kurde de la deuxième moitié du XXe siècle, celle de l’activité et des réseaux des Kurdes exilés et de leurs soutiens des deux côtés du rideau de fer.

Adnan Çelik, docteur en anthropologie 

(ANR RUSKURD, Sciences Po Lille/CETOBAC/IFEA)

Kurdish Transnational Networks between Western Europe, the Communist World and the Middle East in the 20th century

Workshop, Institut français d’études anatoliennes (IFEA, Istanbul), 12-13 December 2019

Thursday, 12 December

13:30-15:00: Welcome Lunch, IFEA

15:00-15:30 : Welcome and introduction

Etienne Peyrat (Sciences Po Lille), principal investigator, RUSKURD Project

Bayram Balcı, Director of the French Institute of Anatolian Studies

 

Session I : 15:30-18:00

Discussant: Masha Cerovic (Associate Professor EHESS, Paris / Visiting Fellow at the Marc Bloch Center, Berlin). 

  • Barbara Henning (Otto-Friedrich-Universität Bamberg), “Russian counterparts of various backgrounds in the extended networks of members of the Ottoman-Kurdish Bedirhani family in the late-19th and 20th centuries”
  • Jordi Tejel (Université de Neuchâtel, Institut d’histoire), “First Encounters with the USSR: the Kurdish nationalist movement in Syria and Lebanon, 1927-1946”
  • Omar Sheikhmous (Independent Analyst; Former Researcher and University Lecturer at Stockholm University): “Kurdish Students Abroad: Between Kurdish Nationalism and Left-wing Politics”

Friday, 13 December

Session II : 10:00 – 13:00

Discussant : Etienne Peyrat (Sciences Po Lille)

  • Joanna Bocheńska (Jagiellonian University): “A man on a mission. Abdullah Jalal Fatah, his doctoral dissertation on Kurdish culture (1978) and Polish academia in the 70s”
  • Hardy Mede (Doctor of Political Science, University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne (CESSP) / Contract Professor at the University of Paris-Dauphine), “Entre deux mondes (URSS et Moyen-Orient) sociologie d’une élite universitaire kurde: représentations, pratiques, capital scolaire”
  • Kenan Engin (Akkon-Hochschule für Humanwissenschaften), “Almanya’ya Kürt G..ü: Nedenleri, Gelişim Evreleri ve Kürt Diasporasının Kürtler Üzerindeki Etkileri” (Kurdish migration to Germany: Causes, stages of development and effects of Kurdish diaspora on Kurds)

Lunch: 13:00 – 14:30

Session III : 14 :30 – 17 :00

Discussant: Metin Yüksel, (Associate Professor, Hacettepe Univesity, Ankara)

  • Nicholas S. Glastonbury (PhD Candidate, Anthropology Department, CUNY Graduate Center), “Radio Yerevan, TRT, and the Sonic Insurgencies of the Early Cold War”
  • Etienne Peyrat (Sciences Po Lille), “Diplomatic and Political Challenges of Kurdish Emigration in Eastern Europe (1950s-1980s)”
  • Adnan Çelik (Postdoctoral fellow at Sciences Po Lille), The nexus of networking between the Kurds and Kurdologists during the 1960s and 1970s: The case of The Kurdish Students’ Society in Europe (KSSE) and The International Society Kurdistan (ISK)

Afterword: 17:00-18:00

The workshop will take place at the Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA). The workshop is open to external participants upon registration: adnan.celik@ehess.fr or oskizama@gmail.com. 

Tomtom Mahallesi, Nur-i Ziya Sk. No:10, 34433 Beyoğlu/İstanbul, Türkiye

This workshop is part of the RUSKURD research project, funded by the French National Research Agency (ANR).

Atelier Histoire politique et militaire des relations russo-kurdes (19e-21e siècles)/Workshop on Political and Military Histories of Russian-Kurdish Relations (19th-21st Centuries)

Moscow, 10-11 June 2019 (All-Russian State Library for Foreign Literature)

Monday 10 June

14.00 – Welcome and introduction

14.30-16.30 – Panel 1: Russia and the Kurds through War and Peace (18th-19th centuries)

Chair: Nodar Mossaki (Institute of Orientalism)

Anjelika POBEDONOSTSEVA KAYA (SPbGU), ‘’От первых российско-курдских контактов до организации куртинских полков’’ (From the First Russian-Kurdish Contacts to the Organization of Kurdish Battalions)

Metin ATMACA (Social Sciences University of Ankara), ‘’Origins of the ‘’Kurdish Question’’? Yezdanser Revolt (1854-1855) during the Ottoman Crimean War’’.

Piotr SOSNOWSKI (Warsaw University), ‘’Kurds, Russia and the Ottoman army reforms : some strategic remarks of the general Wojciech Chrzanowski’’.

Masha CEROVIC (EHESS-Humboldt), ‘’The Military Dimension in Russian-Kurdish Relations in the 19th-early 20th centuries’’.

***

Tuesday 11 June

9.30-12.00 – Panel 2: Kurdish Nationalism and Russian Imperial Projects

Chair: Kirilll Vertjaev (Institute of Orientalism)

Cevat DARGİN (Princeton University), ‘’Alîsêr: A Kurdish nationalist poet and warrior in the early 20th century’’.

Tibet ABAK, ‘’ I. Dünya Savaşı Öncesi Rus-Osmanlı Mücadelesinde Kürt Faktörü ve Petersburg’un Kürt Siyaseti’’. (The Kurdish Factor and Petersburg Kurdish Policy in the Russian-Ottoman Struggle on the Eve of World War I)

Alisa SHABLOVSKAIA (Sorbonne Nouvelle, ‘’From Unreliable Allies to Toublesome Friends: The Revolutionary Turn in the Russian-Kurdish Relations in Iran, 1911-1921’’.

LUNCH

14.00- 16.00 – Panel 3: From Kurdish-Russian to Kurdish-Soviet Relations

Chair: Andreas Hilger (Deutsches Historisches Institut – Moscow).

Otto POHL (American University of Iraq – Sulaimaniya), ‘’Soviet Nationality Policy and Kurds, 1917-1956’’.

Fırat SÖZERI (Ankara University), ‘’Mele Mustafa Barzani’nin Mektupları Bağlamında SSCB’nin Barzanilere Yönelik Tutumunun Siyasal ve Tarihsel değerlendirmesi’’. (A Political and Historical Assessment of Soviet Policy toward the Barzani in the Light of Molla Mustafa Barzani’s Letters)

Etienne PEYRAT (Sciences Po), ‘’Soviet Kurdish Activists and International Affairs (1930s-1980s)’’.

Conclusion: Russian-Kurdish Perceptions (19th-20th centuries)

Metin YÜKSEL (Hacettepe, Ankara), ‘’Russia and Its Kurdish Renderings: Sublime, Infidel and Socialist, 1881-1991’’.

The workshop will be hosted by the Library of Foreign Literature (Библиотека иностранной литературы), in partnership with the CEFR, Institute of Orientalism of the Russian Academy of Sciences, IFEA, and CERCEC (EHESS)

This workshop is part of the RUSKURD research project, funded by the French National Research Agency (ANR).

Conférences de Cəmil Həsənli (24-25 janvier 2019)

Historien de la première république azérie (1918-1920) et de l’Azerbaïdjan soviétique, Cəmil Həsənli a étudié dans plusieurs de ses ouvrages la dimension caucasienne et moyen-orientale de la question kurde. Invité à Paris dans le cadre du projet RUSKURD, il y effectuera deux conférences liées à ses thématiques de recherche.

Cəmil Həsənli a notamment mis en avant l’importance du facteur kurde dans son travail relatif au rôle des dirigeants d’Azerbaïdjan soviétique dans le développement d’une politique expansionniste envers l’Iran du Nord, entre les débuts de l’occupation soviéto-britannique de ce pays (août-septembre 1941) et les mois qui suivent la Seconde Guerre mondiale. Il montre dans ses ouvrages relatifs à la crise iranienne le caractère crucial, mais subordonné à la cause azérie, ainsi qu’à d’autres enjeux géopolitiques et économiques, de la question kurde, en soulignant ses dimensions locales.

Intervention en russe, vendredi 25 janvier, au séminaire « Mondes soviétiques, mondes communistes », dans le cadre d’une séance consacrée aux acteurs et échelles de la diplomatie soviétique (9h-13h ; Centre d’histoire de Sciences Po, Salle du Traité, 56 rue Jacob) : « La politique soviétique des frontières méridionales : Turquie, Iran et Turkestan oriental (1945-1947) ». Plus d’informations ici.

Il a également consacré des recherches à la place du facteur national dans l’Azerbaïdjan de la période de déstalinisation. Son ouvrage le plus récent, Le libéralisme soviétique en Azerbaïdjan (Azərbaycanda Sovet liberalizmi, 2018) est consacré à l’histoire politique, sociale et culturelle de l’Azerbaïdjan des années 1960. 

Intervention, jeudi 24 janvier, au séminaire de Claire Mouradian  »Le Caucase entre les empires » (9h30-11h30 ; CERCEC, EHESS, Salle S1A-023, 54 boulevard Raspail, ) : « L’Azerbaïdjan soviétique face à la déstalinisation : enjeux politiques, sociaux et nationaux ».

 

 

 

CfP – Workshop on Political and Military Histories of Russian-Kurdish Relations (19th-21st Centuries)

Moscow, 10-11 June 2019

The involvement of Kurdish forces during the Crimean War inaugurated the political and military encounter of Russians and Kurds between Eastern Europe and the Middle East. Since then, these relations have formed an important and disputed aspect of Russian, and later Soviet, policies in the Middle East. Most significantly, these policies have extended well beyond the clash of the Tsarist and Ottoman Empires at the turn of the 20th century.

            While Russian and Soviet policies have included a sustained focus on the role of the Kurds, their political mobilization and activism in the 1920s-1930s and during the Cold War, the relationship has never been a simple one. It was deeply entangled in the nexus of regional politics and Russian/Soviet policies toward Turkey, Iran,Iraq and Syria, as well as in global dynamics. Conversely, mobilities and alliances with the ‘’East’’ have been important in shaping political identities, but remain a still understudied part of Kurdish political strategies on the international arena.

            Organized as part of the research project RUSKURD (Sciences Po Lille-EHESS), in partnership with the CEFR (Moscow) and the IFEA(Istanbul), this workshop aims at exploring key aspects of the political history of Russian-Kurdish relations. Ph.D candidates, postdoctoral researcher sand senior researchers are invited to present research based on historical, social and anthropological methods to explore the place of politics, ideology, violence and wars throughout two centuries.

            Possible topics to be discussed include:

  • The changing dynamics of the Russian-Kurdish relation in military encounters since the mid-19th century, integrating local conflicts and imperial power struggles,
  • Techniques of insurgency and counterinsurgency, and their transformations in the wake of imperial collapse,
  • The geopolitical use of Kurdish political and military forces by Russia and the Soviet Union from the 19th to the late 20th century,
  • The interplay of police and military factors, logics and actors in the construction of a new border order framing Russian-Kurdish relations,
  • Routes, forms and techniques of political and military influence (including both people and goods, notably weapons),
  • Transnational political, diplomatic and military circulations.

            Travel to and accommodation in Moscow will be taken in charge by the organizers. Administrative help for visa issues will be provided to successful applicants who would need it.

            Proposals consisting of a resume and a short proposal (one-two pages, summarizing the paper, methodology and sources) should be sent before 1 January 2019 to etienne.peyrat@sciencespo-lille.eu. Successful applicants will be notified by the end of January 2019.

Proposals may be submitted in English, French, Russian, Turkish or Kurdish. The working languages of the event will be English and Russian. 

Contact and inquiries: etienne.peyrat@sciencespo-lille.eu

Workshop on Tribes and Imperial Policies / Comparative Perspectives and Russo-Kurdish Approaches – 5-6 June 2018

Tribes and Empires. The Russian-Kurdish Case in Comparative Perspective

International workshop

EHESS

Paris, 5-6 June 2018

‘’Tribes’’ – both as a concept and a highly diverse reality – loomed large in the policies of the empires and imperial assemblages that shaped world politics in the last two centuries. Across Africa, the Middle East and Eurasia, they became a key element in imperial, notably colonial, strategies of domination. From the Maghreb to India, they were used for their ‘’martial’’ qualities, but also served the ‘’management of difference’’ so central to the imperial mind. Yet, imperial attention to the tribal question was in itself indicative of modern evolutionary conceptions, which ranked socio-political structures in time and space.

As part of new project on the place of the Kurds in Russian imperial strategies in Eurasia (hosted by the EHESS), this workshop aims at providing critical insights into the historiography of relations between empires and tribes (5 June), before exploring the specificities of the Russo-Kurdish nexus (6 June). Historically focused, this workshop will draw on scholarship from disciplines such as ethnology, anthropology, historical sociology and imperial history in order to understand the features of these relations. The very concept of tribe and its numerous derivatives (clans, confederacies, nomads, etc.) will be discussed from the point of view of concrete imperial strategies.

More specifically, in a time when Russia’s presence in the Middle East has been the focus of much international attention, the second day of this workshop will explore Russo-Kurdish relations as a test case for the relevance of tribal perspectives on imperial role. Through an examination of their evolution across two centuries, it will set out potential directions for further research. 

Organizers: Masha Cerovic, CERCEC, EHESS; Etienne Peyrat, Sciences-Po Lille; Adnan Çelik, CETOBAC, EHESS.
Financial Support: LabEx TEPSIS

Tuesday 5 June

Tribes and Imperial Policies: Comparative Perspectives

Venue: 105 boulevard Raspail, room 3

Chair: Willard Sunderland (University of Cincinnati)

14:00: Welcome

14:30 – 15:30

Peter Holquist (University of Pennsylvania)

“Russia Imperial Policies and Imperial Realities on the Ground: Patterns of Violence in Russian Occupation Policies, 1914-1918.”

David Sneath (Cambridge University)

« The Notion of the Tribe and Historical Representations of Inner Asia »

16:00-17:00

Robert Fletcher (University of Warwick)

« Beating Empire’s Bounds: the British and the Bedouin in the Interwar Middle East »

Yazid Ben Hounet (CNRS – EHESS / Centre Jacques Berque, Rabat)

« The French Empire and Algeria’s Tribes : Destruction, Reification, Fascination »

17 :00 – 18 :30 : roundtable / general discussion

Wednesday 6 June

The Russian-Kurdish Case

Venue: 54 boulevard Raspail, room AS1_08 (level -1)

9.30-12.30: The Kurds in Russian Imperial Strategies.

This panel will discuss the political aspects of Russian policies toward the Kurds through an exploration of their multiple spaces (Caucasus, Near and Middle East, Central Asia) and historical contexts. It is also meant as a forum to present and discuss the RUSKURD research project with all interested parties.

9.30 Masha Cerovic (EHESS)-Etienne Peyrat (Sciences Po Lille)

General introduction and presentation of the research project RUSKURD ‘’Russians and Kurds in the Middle East (late 19th-21st centuries) : The Tribal Factor in Imperial Strategies’’

11.30 Nodar Mossaki (Russian Academy of Sciences)

‘’Russia and Kurdish Tribes on the Turkish-Russian Border during the Crimean War’’

14.-17.30: The Russo-Kurdish Nexus in Intellectual and Cultural History.

This panel will focus on one of the key aspects of our ongoing project, the cultural and intellectual impact of Russo-Kurdish relations.

14:00-15:30

 Christine Robins (University of Exeter)

‘’Yezidi Cultural Identities between the Caucasus and the Middle East’’

Metin Yüksel (Hacettepe Üniversitesi)

‘’The Calil Family and Soviet-Kurdish Interactions’’

16:00 – 18:00

Adnan Çelik (EHESS-Institut Français d’Etudes Anatoliennes)

‘’Radio Erevan and Russian-Kurdish Relations’’

 Davut Yeşilmen (Universität Duisburg-Essen)

‘’Kurdish-Armenian Relations in Soviet Kurdish Novels’’

Concluding remarks

Russes et Kurdes au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècle)

L’objectif du carnet est d’offrir un suivi, scientifique et événementiel, du projet de recherche RUSKURD, financé par l’ANR et consacré à l’histoire des relations entre Russes et Kurdes, entre Europe de l’Est et Moyen-Orient, du 19e siècle à nos jours. Ce projet, hébergé par la Maison européenne des sciences de l’homme (MESHS, Lille) et Sciences Po Lille, vise à étudier ces relations sur un plan politique, militaire, culturel et intellectuel, en reconstituant des géographies, réseaux et connexions dans une histoire peu connue. Le carnet présentera à la fois les activités organisées par le projet, des notes de recherche, ressources documentaires et publications diverses. Il ciblera à la fois un public académique et des lecteurs curieux de ce sujet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search