Archives Silvio van Rooy et International Society Kurdistan (ISK) à l’International Institute of Social History (Amsterdam)

Présentation par Adnan Çelik du fonds d’archive de Silvio van Rooy et de l’International Society Kurdistan (ISK), conservée à l’International Institute of Social History d’Amsterdam

Silvio Eugenius van Rooy, né à Rotterdam en 1924, fut l’initiateur et le premier président de la Société internationale du Kurdistan (International Society of Kurdistan, ISK). Ses archives personnelles, conservées à Amsterdam à l’Institut international d’histoire sociale, rendent compte de sa trajectoire aussi bien que de l’histoire et du réseau de l’ISK, dont il fut le fondateur et principal animateur. 

Van Rooy était un journaliste indépendant et publiciste professionnel. Il écrivait, parfois sous le pseudonyme de Hans Weerd, dans des journaux et magazines à la fois néerlandais et étrangers, avec pour thèmes de prédilection les questions religieuses et minoritaires, principalement en Europe de l’Est, en Union soviétique et en Chine. 

C’est à la suite d’une conférence de presse de Kamuran Bedir-Khan sur la situation des Kurdes, à laquelle il assiste en 1959 à Amsterdam, que S. van Rooy décide de fonder une association de solidarité avec les Kurdes. Celle-ci est créée le 1er juillet 1960 avec pour objet de « rassembler et mettre à disposition des faits à propos des Kurdes et du Kurdistan ; aider la nation kurde dans sa lutte pour l’émancipation démocratique ; aider à établir des relations amicales entre les Kurdes, leurs voisins et toutes les autres nations du monde ». Cette association, rebaptisée ISK, acquiert le statut de fondation en 1965. 

Très active durant les années 1960, elle crée et entretient des relations étroites avec des personnes et organisations liées à l’activisme kurde et à la kurdologie, notamment la Kurdish Students’ Society in Europe (KSSE). Le bulletin d’information Kurdish Facts, édité par Silvio van Rooy de l’année de fondation de l’ISK à 1970, est dans les années 1960 une source d’information importante sur le Kurdistan, les Kurdes, et l’ensemble des problèmes internationaux qui s’y rapportent.

Les archives Silvio van Rooy et les Kurdes

Les archives Silvio van Rooy contiennent une centaine de cartons : une riche collection de correspondances personnelles et institutionnelles, des documents et manuscrits de nature diverse appartenant à l’ISK ou à van Rooy , l’intégralité du périodique Kurdish Facts (publié de 1960 à 1970) ainsi que des exemplaires d’autres publications concernant Kurdes.

Ces sources permettent d’explorer les traces d’un réseau dense reliant Europe de l’Est, Europe de l’Ouest, URSS et Kurdistan d’Irak, et ainsi de combler une partie des grandes lacunes historiographiques relatives à l’activisme kurde et aux réseaux existant entre kurdologues dans les années 1960, en Europe et au-delà. 

En tant que président de la fondation, Silvio van Rooy a rédigé et reçu la quasi-totalité de la correspondance de l’ISK dans les années 1960. Documents à caractère personnel et documents de l’ISK se confondant aisément, le contenu de l’archive est ici restitué sans distinction. 

  • Statuts et documents administratifs de l’ISK. Notes, comptes-rendus, bilans sur l’organisation et les activités de l’ISK ; registres de membres, fichiers d’adresses, documents financiers etc. 
  • Correspondance de l’ISK et de Silvio van Rooy. Correspondances avec des journaux, des institutions scientifiques, des kurdologues (Kamuran Bedir-Khan, Thomas Bois, Tawfiq Wahby, Cecil J. Edmonds, Qanate Kurdo, Celile Celil etc…) 
  • Publications de l’ISK. Kurdish Facts (copies de chaque numéro), Kurdish Facts- Confidential (un bulletin d’information confidentiel réservé aux membres de l’ISK, Kurdish Bibliography, de Silvio van Rooy et Kees Tamboer, 1968.
  • Manuscrits. Manuscrits de Silvio van Rooy sur les Kurdes et le Kurdistan. Manuscrits d’autres auteurs : Kurdish Texte im Kurmandjî Dialect, par Hugo Makas, 1926 ;  Elements of Kurdish, par Alan Ward, 1968 ;  Manuscrits sur les développements au Kurdistan, par A.G. Spohr (avec des extraits d’une conversation avec Mustafa Barzani), 1967-1970.
  • Notes en vue de publications futures. Données bibliographiques collectées dans le but de réaliser une bibliographie kurde ; textes divers sur les Kurdes et le Kurdistan, notes biographiques et bibliographiques recueillies dans le but de compiler une encyclopédie kurde ; photos ; notices bibliographiques sur les Kurdes, le Kurdistan, les tribus kurdes ; fiches techniques contenant des données sur l’actualité kurde et le Kurdistan (1950-1952) ; ), nouvelles des avancées et textes réunis en vue de la publication du Kurdistan Yearbook prévue pour 1966.

Autres journaux conservés. Copies du journal kurde Hawar (1932-1933) ; copies de journaux arabes sur les Kurdes et le Kurdistan (1960-1977).

Un exemple de document : correspondance entre Silvio van Rooy et Qanatê Kurdo (Kurdoev), 1960-1961

Nous avons choisi de présenter ici un document tiré de cette archive. Il s’agit d’une lettre de Qanatê Kurdo (en russe Kanat Kurdoev, 1909-1985), professeur de kurde à l’Académie des Sciences de Leningrad, adressée à l’ISK le 27 mai 1961. 

Elle fait suite à la série de lettres que van Rooy adresse, depuis l’automne 1960, à des kurdologues du monde entier, notamment d’URSS. Ce document illustre les débuts de la constitution d’un vaste réseau de liens personnels et institutionnels de solidarité et de recherche sur les thèmes touchant aux Kurdes et aux Kurdistan, entre Europe de l’Ouest et Union soviétique.

Cette correspondance mérite d’être lue en gardant à l’esprit qu’elle constitue un échange entre un anticommuniste notoire (van Rooy) et un membre actif du Parti communiste soviétique, Qanatê Kurdo. Né à Kars au début du XXe siècle, dans une famille contrainte à la déportation par le gouvernement turc à la fin de la Première Guerre mondiale, au même titre que tous les membres des communautés yézidie et arménienne, Kurdo arrive avec sa famille à Tiflis (Tbilissi) en 1921.

Kurdo étudie la langue kurde en URSS et devient un kurdologue éminent, avant de prendre la tête de la section de langue kurde à l’Institut des langues orientales (Académie des Sciences) de Leningrad en 1961. Kurdo fait partie de cette génération appelée en kurde nifşa sêwiyan (génération d’orphelins) parce qu’une majorité d’entre eux a perdu ses parents durant l’exode. Plusieurs membres de cette génération ont pu étudier en kurde et en russe, et ont acquis pour beaucoup une certaine notoriété à partir des années 1940, comme Erebê Şemo, Heciyê Cindî, Casimê Celîl, Qanatê Kurdo.

Au moment où ces lettres sont échangées, le régime soviétique, hostile au nouveau pouvoir en Irak, encourage la contestation kurde naissante contre le régime irakien. Des contacts entre Kurdes d’Europe de l’Ouest et kurdes d’URSS commencent également à s’affirmer et à croître. 

Dans sa lettre, Kurdo exprime sa satisfaction et sa reconnaissance pour l’initiative représentée par la fondation en Europe occidentale de l’International Society of Kurdistan et sa publication Kurdish Facts, « événement extrêmement précieux et important dans la lutte pour l’indépendance de la nation kurde » dans une époque « marquée par l’effondrement de l’impérialisme et du colonialisme et par la consolidation de toutes les forces progressistes des peuples d’Orient » parmi lesquels compte le peuple kurde, « bastion fiable de la force progressiste dans la lutte contre le colonialisme, le féodalisme et […] dans la lutte pour une véritable démocratie. »

Kurdo prend soin de distinguer l’amitié pour la nation kurde de van Roy et de ses camarades de celle, hypocrite et intéressée, des puissances occidentales – Français et Britanniques notamment. Il rappelle que la nation kurde « a toujours souhaité et souhaite encore de bonnes et amicales relations avec tous les peuples, en particulier avec les nations turques, persanes et arabes », mais que cette volonté est malheureusement compromise car « les cercles dirigeants de ces États sont aveuglés par le chauvinisme [et] créent toutes sortes de barrières sur le chemin de l’unité fraternelle entre les Kurdes et les nations de leurs États. »

À noter que cette lettre de Qanatê Kurdo sera saluée avec enthousiasme et publiée par van Rooy dans le septième numéro de Kurdish Facts.  De fait, elle marque le commencement de liens et d’échanges durables entre l’ISK et les kurdologues d’URSS. 

« C’est avec un immense plaisir que nous publions ci-dessous une lettre du Prof. Dr. Oanate Kurdo de Leningrad, un patriote et philologue kurde exceptionnel, déjà bien connu de nos lecteurs. Ce qui frappe le plus, c’est la façon dont il exprime avec talent les sentiments et les croyances qui ont donné naissance à l’ISK il y a maintenant un an. Depuis lors, l’ISK a progressivement cessé d’être une affaire seulement « Ouest-européenne » ; elle a maintenant des adeptes dans toutes les zones du monde. La coexistence pacifique entre personnes de différentes écoles de pensée est une étape que l’ISK peut déjà laisser derrière elle, désormais remplacée par la coopération active au nom du Kurdistan divisé, opprimé et sous-développé. » (Le rédacteur en chef) (Kurdish Facts, June 1961, n° 7)

Ce premier échange de lettres entre Silvio van Rooy (au nom de l’ISK) et Qanaté Kurdo inaugure une le début correspondance intense durant toute la décennie 1960 entre l’ISK et plusieurs kurdologues d’URSS et des pays d’Europe de l’Est (Pologne, Tchécoslovaquie, Bulgarie, Yougoslavie). Les travaux de l’ISK (surtout conduits par van Rooy) tels que la publication d’une bibliographie kurde (Kurdish Bibliography, un travail de plus de cinq ans publiés en deux volumes par Silvio van Rooy et Kees Tamboer en 1968), de même que les projets inachevés comme Kurdistan Yearbook et l’Encyclopédie du Kurdistan, ont été à la base de la création d’un vaste réseau entre les kurdologues d’URSS, d’Europe de l’Ouest, d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient. Cette collaboration, la renommée de l’ISK parmi les kurdologues des différents pays et les groupes kurdes d’Europe, ainsi que la période d’intense activité de l’ISK commencent à prendre fin au milieu des années 1970. La richesse des échanges et des travaux réalisés dans le cadre des échanges initiés dès 1960 par l’ISK demeurent une source extrêmement précieuse qui permettra d’éclairer de larges pans méconnus de l’historiographie kurde de la deuxième moitié du XXe siècle, celle de l’activité et des réseaux des Kurdes exilés et de leurs soutiens des deux côtés du rideau de fer.

Adnan Çelik, docteur en anthropologie 

(ANR RUSKURD, Sciences Po Lille/CETOBAC/IFEA)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.